Achat immobilier : les erreurs à éviter

916
Partager :

Ça fait des années que vous rêvez de devenir propriétaire et de vivre dans le logement de vos rêves ? Il n’y a pas que vous qui avez ce rêve. Si vous êtes sur le point de réaliser votre rêve, ne vous précipitez pas. Nous allons recenser dans cet article les erreurs dans lesquelles les primo-acquéreurs tombent souvent et que vous devez éviter.

Négocier ou ne pas négocier le prix du bien

Dans certains cas, entamer une négociation est une erreur et dans d’autres, ne pas négocier l’est aussi. Alors, que faire ? Tout dépend de la situation. Si vous n’êtes pas le seul potentiel acquéreur qui se présente pour ce bien, ne faites surtout pas l’erreur de faire une négociation. Si un autre potentiel acquéreur propose une offre au prix affiché, le vendeur ne se posera pas la question : il va jeter votre offre, même si vous n’avez négocié que quelques centaines d’euros en moins.

A découvrir également : Les villes propices à l'investissement immobilier en ce moment

Si vous êtes tombé sur la maison ou l’appartement de rêves, n’allez pas directement proposer au vendeur le prix qu’il demande. Si le bien est sur le marché depuis plusieurs mois, tentez une négociation. Pour ce qui est de la marge, ne poussez pas non plus trop loin au risque de passer à côté d’une belle opportunité. Avant de tenter ou non une négociation, renseignez-vous sur le bien et sur le prix du marché.

S’arrêter sur un premier bien coup de cœur

Si vous avez eu le coup de cœur pour le premier bien que vous avez visité, tant mieux pour vous. S’arrêter sur ce premier bien est tout de même une erreur. Vous pouvez vous dire que vous ne pouvez pas trouver une plus belle maison ou un plus bel appartement dans le secteur. C’est peut-être le cas, mais vous pouvez trouver un autre bien qui est bien moins cher. Avec la différence de prix, vous pouvez engager des travaux pour transformer un bien qui n’est pas votre coup de cœur en un logement de rêve et vous offrir de nouveaux meubles.

A découvrir également : Epargne immobilière : définitions et chiffres en France

Se limiter aux pièces principales

Lorsqu’on visite un bien, on a tendance à se focaliser sur les pièces principales. On essaye de se projeter dans la chambre à coucher, dans le séjour et dans la cuisine. On jette un coup d’œil à la salle de bains et voilà, on se décide sur ces pièces. C’est une erreur dans certains cas, car certaines propriétés peuvent avoir une cave, un grenier ou des combles. 

Si ces parties sont en bon état, ça ne posera pas problème, mais imaginez que la charpente dans le grenier n’est plus en très bon état, ceci risque de vous coûter une petite fortune après l’achat. Ainsi, lors de la visite, prenez le temps de visiter toutes les parties de la propriété et méfiez-vous de ces parties qui sont qualifiées par le vendeur comme « pas visitables à cause de l’encombrement ». D’ailleurs, lors de cette visite, promenez-vous également dans le quartier pour vous assurer que c’est un quartier où il fait bon vivre.

Zapper les agences

Le fait que vous avez un budget limité peut vous motiver à ne pas faire appel à une agence immobilière pour votre projet. On comprend votre choix, mais sachez que plus de la moitié des transactions immobilières en France sont réalisées par des professionnels. En faisant appel à un agent ou à un chasseur immobilier, vous pouvez trouver le bien de vos rêves, mais à un prix raisonnable. Son intervention vous permettra de profiter d’une certaine sécurité sur le plan administratif et législatif. En tant que primo-acquéreur, vous n’êtes pas forcément en connaissance de la marche à suivre pour la conclusion de la transaction. Son intervention vous permettra de comprendre les grandes lignes d’une transaction immobilière.

Ne pas revisiter avant la signature de l’acte authentique

De la première visite que vous avez fait jusqu’à la signature de l’acte authentique, il s’est écoulé des semaines, voire des mois. Vous êtes au bout et vous êtes pressé de signer ce dernier document. Avant de poser votre signature, programmez une dernière visite. Ceci vous permettra de parler avec le propriétaire du fonctionnement du bien, mais aussi de faire une dernière vérification. Normalement, à la signature de l’acte, la maison ou l’appartement devrait déjà être vide et que les réparations que vous a promises l’ancien propriétaire ont été déjà faits.

Ne pas prendre en compte les frais annexes

Lorsque l’on se lance dans un achat immobilier, pensez à bien prévoir non seulement le prix d’achat du bien, mais aussi les frais annexés qui peuvent s’avérer considérables. Nombreux sont ceux qui négligent ces coûts supplémentaires et se retrouvent surpris lorsqu’ils doivent les assumer.

Pensez à bien prendre en compte les frais de notaire. Ces derniers représentent une part importante du budget à prévoir pour votre acquisition immobilière. Ils incluent notamment les droits de mutation, les honoraires du notaire ainsi que divers frais administratifs liés à la rédaction des actes.

Pensez à bien faire une offre sur un bien immobilier, prenez le temps d’évaluer précisément l’état général du bien et pensez aux éventuelles rénovations ou aménagements nécessaires. Ces frais supplémentaires ne doivent pas être sous-estimés car ils peuvent rapidement alourdir la facture globale.

N’oubliez pas de tenir compte des charges mensuelles liées à votre nouvelle propriété. Il s’agit des charges de copropriété si vous achetez un appartement ou encore des taxes locales telles que la taxe foncière et la taxe d’habitation. Renseignez-vous auprès du vendeur ou consultez le règlement intérieur si vous achetez dans une copropriété afin d’estimer au mieux ces dépenses récurrentes.

Ignorer l’importance de la localisation du bien

Lorsqu’on se lance dans un projet d’achat immobilier, il ne faut pas négliger l’importance de la localisation du bien. En effet, celle-ci joue un rôle déterminant tant sur le prix du bien que sur sa valeur future.

La localisation influence directement le prix d’achat. Les biens situés dans des quartiers prisés ou dynamiques ont tendance à être plus onéreux que ceux situés dans des zones moins attractives. Il faut donc s’assurer que le prix demandé correspond réellement à la valeur du bien en fonction de son emplacement géographique.

La localisation influe aussi sur la valeur future du bien. Un quartier en plein essor ou bénéficiant d’une bonne infrastructure peut voir ses prix augmenter au fil du temps, tandis qu’un quartier en déclin peut conduire à une dépréciation immobilière. Il est donc judicieux de s’informer non seulement sur l’état actuel de l’environnement proche du bien convoité, mais aussi sur les futurs projets urbanistiques prévus dans les environs.

Il faut prendre en compte les commodités et services disponibles aux alentours. La proximité avec les transports en commun, les écoles et les commerces constitue souvent un critère essentiel pour beaucoup d’acquéreurs potentiels. Une bonne accessibilité ainsi qu’une offre variée peuvent faciliter votre quotidien et contribuer au confort de vie.

Certains facteurs spécifiques liés à votre situation personnelle peuvent aussi influencer vos critères de choix quant à la localisation : proximité avec votre lieu de travail, présence d’équipements sportifs ou culturels, etc.

Il est crucial de ne pas sous-estimer l’importance de la localisation lors d’un projet d’achat immobilier. Prenez le temps d’analyser attentivement les différents aspects liés à l’emplacement du bien afin de faire un choix éclairé et d’investir dans un bien qui correspond pleinement à vos attentes et objectifs immobiliers.

Partager :