Quelles sont les charges à la charge du locataire ?

1
Partager :

Les dépenses attribuables au locataire, aussi appelées dépenses recouvrables , sont des frais de location initialement supportés par le bailleur, mais peuvent être remboursés par le locataire. Ce remboursement peut être régulier ou ponctuel. Toutefois, le bailleur doit justifier toutes les dépenses engagées au cours de l’année.

Résumé :

A lire aussi : Qu'est-ce que l'intermédiation locative ?

  1. Liste des dépenses imputables

  2. Paiement des frais de location

  3. La justification des dépenses engagées

Liste des dépenses imputables au locataire

Les frais imputables au locataire sont limités par la loi. Cette liste de frais recouvrables s’applique aux locations meublées signées depuis le 27 mars 2014. Elle s’applique également aux baux privés et sociaux vides.

💡 À savoir : La liste des frais recouvrables peut également s’appliquer à locations meublées signées avant le 27 mars 2014 si le contrat de location y fait référence .

A lire également : La loi Pinel est-elle vraiment intéressante ?

Ascenseurs et silos de fret

Certaines dépenses liées à l’utilisation de l’ascenseur et/ou de l’ascenseur peuvent être attribuables au locataire. Il s’agit notamment de l’électricité et des frais d’exploitation (visites périodiques, examens semestriels du câble, etc.). D’autres frais de location peuvent être répercutés sur le locataire, comme le coût des petites réparations de la cabine, des roulements ou des fusibles, mais aussi le coût des produits de nettoyage.

Eau froide, eau chaude et chauffage collectif

Ceux-ci comprennent les coûts liés à la distribution d’eau chaude et froide pour tous les occupants, mais aussi l’eau nécessaire à l’entretien régulier des espaces communs et des espaces extérieurs. Le bailleur peut également demander le remboursement des produits nécessaires à l’exploitation, à l’entretien et au traitement de l’eau.

Les dépenses liées à la fourniture d’énergie, quelle que soit sa nature, peuvent également être recouvrables du locataire. De même, les frais d’exploitation des compteurs généraux et individuels sont également attribuables au locataire. Enfin, les frais de location liés à l’entretien des épurateurs de fumée et à la réparation des fuites sur les raccords et les joints peuvent être répercutés sur le locataire.

Installations individuelles

Toutes les dépenses relatives aux installations individuelles, y compris le chauffage et la production d’eau chaude, sont à la charge du locataire. Les dépenses liées à la distribution d’eau dans les zones privées restent également à la charge de la Commission. Ces dépenses comprennent le contrôle des connexions, le dépannage et le réglage du débit et de la température.

Espaces communs internes

Pour les espaces communs internes, les frais imputables au locataire comprennent ceux liés à l’électricité. Ces frais comprennent également tout ce qui concerne l’entretien de ces pièces (fourniture de produits d’entretien, frais de personnel d’entretien, etc.). La réparation du matériel d’entretien peut également être récupérée sur locataire.

Espaces extérieurs

Les coûts d’exploitation et d’entretien des voies de circulation et des aires de stationnement sont imputables au locataire. En outre, tous ceux relatifs aux espaces verts et aux aires de jeux sont également récupérables.

Impôts et redevances

Enfin, certaines taxes et redevances restent à la charge du locataire, y compris la taxe de balayage, la taxe ou la redevance pour l’enlèvement des déchets ménagers et enfin les frais d’assainissement.

Haut de la page

Paiement des frais de location

Le paiement des frais attribuables au locataire peut être effectué de deux manières différentes.

Restauration de points

Le locataire rembourse les dépenses engagées par le locateur dans la mesure où elles lui sont attribuables. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de paiement régulier des frais recouvrables.

Paiement régulier

Le locataire paie trimestriellement ou mensuellement, en plus de son loyer, un certain montant défini par le bailleur pour rembourser les frais de location. Nous parlons sur les dispositions relatives aux charges . L’estimation de ces dispositions doit être incluse dans le contrat de location.

Toutefois, le coût réel des frais recouvrables peut différer de celui envisagé par le bailleur. Il est donc nécessaire d’effectuer une régularisation des charges locatives. En d’autres termes, la différence entre le montant total des allocations versées par le locataire et les dépenses effectivement engagées par le bailleur au cours de la période doit être calculée. Une telle régularisation doit être effectuée au moins une fois par an.

Si les provisions sont inférieures aux dépenses réelles, le locataire doit payer le supplément au bailleur. Sinon, ce dernier retournera le trop-payé au locataire.

⚠️ Attention : Pour une location meublée ou une colocation dont le contrat de location a été signé depuis le 27 mars 2014, les frais de location ne doivent pas être régularisés s’ils apparaissent sous forme de forfait dans le présent contrat.

Enfin, le le locataire peut demander un paiement sur une période de 12 mois si le rajustement n’a pas été effectué dans l’année suivant l’échéance des frais.

Haut de la page

La justification des dépenses engagées

Le bailleur doit justifier chacune des dépenses engagées au cours de l’année, quel que soit le mode de paiement établi.

En conséquence, le bailleur doit communiquer au locataire un mois avant la régularisation ou la récupération, le calcul des frais de location par nature des charges (eau chaude, eau froide, électricité, ascenseur, etc.). Si le logement est situé dans un bâtiment collectif, la méthode de répartition entre les locataires doit être fournie. Enfin, une note d’information sur les modalités de calcul des charges de chauffage et de production L’eau chaude sanitaire collective doit être fournie.

⚠️ Attention : Le bailleur doit tenir à la disposition du locataire tous les documents dans les 6 mois suivant l’envoi du décompte.

Sur demande du locataire, le doit envoyer le résumé des dépenses du logement par la poste ou par des moyens dématérialisés.

En outre, le bailleur doit justifier les demandes de provisions relatives aux redevances. Pour ce faire, il doit communiquer au locataire les résultats précédents convenus lors de la régularisation précédente. Le budget prévu devrait également être communiqué dans le cas où le logement est situé dans un immeuble en copropriété.

💡 À savoir : Pour une location meublée signée avant le 27 mars 2014, toutes ces obligations ne s’appliquent pas. Par conséquent, aucune exigence de forme ou de délai ne s’applique aux pièces justificatives.

Enfin, un locataire qui a de la difficulté à payer les frais de location qui lui sont imputables peut, dans certains cas, demander au propriétaire des périodes de paiement.

Haut de la page

Partager :