Immatriculation des copropriétés : comment ça marche ?

961
Partager :
Immatriculation des copropriétés comment ça marche

L’immatriculation des copropriétés est une phase importante que les propriétaires doivent respecter. C’est une procédure légale qui est notamment facilitée lorsque la copropriété dispose d’un syndic qui la représente. Ce dernier devra également se soumettre à quelques étapes auprès de l’administration compétente afin d’obtenir l’immatriculation.

Cependant, il n’est pas exclus qu’il rencontre quelques difficultés pendant la procédure. Afin d’en savoir plus, découvrez ici comment se déroule l’immatriculation des copropriétés.

A voir aussi : Quelles démarches pour vendre un bien en viager à Paris ?

Immatriculation des copropriétés : une démarche menée par le syndic

L’immatriculation copropriété est une démarche à la charge du syndic. Il est devant les autorités, le représentant légal de la zone et des différentes copropriétaires. De ce fait, il devra se réunir avec ces derniers afin d’avoir en sa possession les différents documents de la copropriété.

Les informations liées à chaque propriété devront également être réunies afin de répondre aux demandes qui seront faites par l’autorité compétente. Pour la phase d’immatriculation, il faut rappeler que c’est auprès de l’ANAH que le syndic doit mener ses démarches.

Lire également : Stratégies efficaces pour une bonne rentabilité avec l'immobilier ancien en location meublée non professionnelle

Immatriculation des copropriétés : La phase administrative

Une fois en possession des différents documents de la copropriété, le syndic peut se rendre au siège de l’ANAH afin de lancer la procédure d’immatriculation. Deux contrôles importants seront faits à ce niveau. D’abord, les autorités passer à la vérification des informations qui certifient que ce dernier est bien le syndic de la copropriété qu’il représente.

des copropriétés comment ça marche

Une pareille procédure oblige alors le syndic à se munir du compte rendu du procès-verbal de l’assemblée générale au cours de laquelle il est élu ou du contrat professionnel de syndic qu’il a signé.

Lorsque les informations sont vérifiées, l’ANAH lui délivre un code à utiliser pour l’immatriculation. Il sera envoyé dans un délai de 15 jours suite au renseignements des informations liées à son poste.

Suite à l’obtention du code, les documents des copropriétés seront ensuite contrôlés. Le syndic pourra donc les enregistrer, notamment celles juridiques et comptables. Il doit surtout faire attention aux détails liés à chaque copropriété.

Immatriculation des copropriétés : la réception des numéros d’immatriculations

Après avoir donné les informations juridiques et comptables de chaque copropriété, le syndic recevra en retour un numéro d’immatriculation spécifique à chaque copropriété enregistré. Ce qui annonce la fin de la procédure. Toutefois, l’immatriculation des copropriétés ne se fait pas qu’une seule fois. Après son obtention, le syndic devra veiller à une mise à jour de l’immatriculation. Cela se fait chaque année suivant une procédure définie. La mise à jour annuelle est également menée par ce dernier dans ses fonctions.

Immatriculation des copropriétés : les avantages pour les propriétaires

L’immatriculation des copropriétés présente plusieurs avantages pour les propriétaires. Elle permet une meilleure transparence sur la gestion de leur patrimoine immobilier et facilite l’accès aux informations concernant leur immeuble. Les propriétaires peuvent ainsi mieux comprendre les charges qui leur sont imputées et suivre plus facilement l’évolution de la situation financière de leur copropriété.

L’immatriculation des copropriétés participe à une meilleure qualité du parc immobilier en incitant les syndics à mettre en place des travaux nécessaires pour améliorer le confort et la sécurité des bâtiments. Effectivement, lors de la procédure d’immatriculation, les syndics doivent fournir un état général du bâtiment ainsi qu’un plan pluriannuel prévisionnel (PPP) décrivant les travaux envisagés dans les 10 prochaines années.

Grâce à cette immatriculation obligatoire depuis 2017, il est désormais plus facile pour chaque copropriétaire d’avoir accès au montant exact des dettes impayées par chaque autre propriétaire ou locataire au sein de sa propre copropriété. Cette opacité était souvent source de conflits entre voisins.

La mise en place progressive de ce dispositif permet donc aujourd’hui d’envisager avec optimisme une amélioration globale de la qualité du logement collectif en France tout comme cela avait été observé avec succès lorsqu’il a été mis en place dans certains pays européens tels que l’Espagne ou encore le Portugal.

Immatriculation des copropriétés : les conséquences en cas de non-respect de la procédure

L’obligation d’immatriculer sa copropriété à l’aide d’un numéro unique est une mesure importante visant à améliorer la transparence et la qualité des logements collectifs. Cette procédure doit être respectée sous peine de sanctions financières.

Tout syndic qui ne se conformerait pas aux exigences légales en matière d’immatriculation s’exposerait ainsi à une amende allant jusqu’à 20 € par lot et par semaine de retard. Ces amendes peuvent rapidement s’avérer très coûteuses pour les copropriétaires négligents.

Le non-respect de cette obligation peut aussi entraîner des conséquences juridiques importantes. Les propriétaires risqueraient alors de voir leur bien immobilier frappé d’une saisie immobilière judiciaire, notamment si les dettes impayées concernent des charges communes dues au règlement intérieur ou encore des travaux votés en assemblée générale.

Il est capital de rappeler que l’immatriculation est obligatoire depuis près de quatre ans maintenant et qu’il n’est plus possible aujourd’hui pour un syndicat de copropriété ou un particulier responsable (propriétaire bailleur) de se prétendre ignorant face aux implications juridiques du non-respect pur et simple du dispositif mis en place pour améliorer la gestion collective du parc immobilier français.

Partager :