Pourquoi procéder au décryptage du diagnostic de performance énergétique ?

415
Partager :

Le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) est un document incontournable lors d’une transition immobilière, que vous soyez locataire ou propriétaire. Si vous devez l’analyser, voici quelques informations susceptibles de vous orienter.

Changements observés dans le diagnostic de performance énergétique

Entré en vigueur le 1er novembre 2006, le diagnostic de performance énergétique (DPE) s’inscrit comme le phare de la transparence énergétique au sein du dossier de diagnostic technique (DTT). Cette évaluation exhaustive, notée de A à G, plonge dans l’univers énergétique et écologique d’un logement. Elle couvre tant les dépenses énergétiques que les initiatives anti-climatiques. Valable 10 ans, la validité du DPE redéfinit le paysage immobilier. À l’exception des DPE :

A découvrir également : Immobilier : comment préparer les visites ?

  • Antérieurs à décembre 2017
  • Postérieurs à juin 2021

Depuis 2006, tout vendeur se doit d’arborer ce sésame énergétique. Depuis juillet 2007, les bailleurs ont l’obligation d’afficher dans leurs annonces la note et l’estimation énergétique. Depuis juillet 2021, le DPE est devenu un puissant outil. Il est désormais opposable et engageant la responsabilité du vendeur ou bailleur. La réforme a introduit une clarté et une rigueur accrues dans les calculs. Elle a également apporté des éclaircissements sur les travaux à envisager et leurs coûts.

Réalisé par des experts certifiés, le DPE dévoile l’empreinte énergétique réelle du logement et guide vers des améliorations possibles. C’est une danse énergétique, une symphonie d’informations orchestrée par des professionnels. Ce diagnostic assure la sélection d’un foyer éco-responsable, une lecture énergétique plaisante pour une transition vers un habitat plus vert et lumineux. Découvrez des astuces pour améliorer son DPE pour une location énergétiquement performante.

Lire également : Comment organiser vos affaires dans un garde-meuble à Paris pour un accès facile

Focus sur les deux labels du DPE

La cote attribuée au logement diagnostiqué, classée de A à G en fonction de sa performance énergétique, est déterminée par deux étiquettes distinctes.

L’étiquette énergie

Sur une pyramide aux couleurs variées, elle indique le degré de consommation énergétique d’une habitation, exprimé en kilowattheures par kilowattheure (kWh). Cette représentation permet de mesurer la consommation d’énergie primaire d’un logement.Haut du formulaire

L’étiquette climat

Cette représentation graphique utilise une pyramide de nuances de bleu pour illustrer les émissions de gaz à effet de serre d’une habitation. Ces émissions sont mesurées en kilogrammes de dioxyde de carbone par mètre carré et par an (kg CO2/m²/an). Son objectif est de sensibiliser à l’empreinte carbone des logements.

À titre d’exemple, selon ce système de notation double, une résidence très économe en énergie obtiendra une classification A. Cela se produira si sa consommation est inférieure à 70 kWh/m²/an et si elle émet moins de 6 kg CO2/m²/an. 

Autres renseignements extraits du DPE neuf

Les autres données du DPE peuvent être synthétisées en deux sections distinctes.

Estimation annuelle des charges énergétiques du bien immobilier

Ces évaluations reposent sur une utilisation considérée comme « normale » du logement. Les habitudes quotidiennes, bénéfiques ou néfastes, ainsi que la consommation quotidienne et même le niveau d’ensoleillement peuvent entraîner des factures élevées. Ceci est valable même si l’estimation du DPE est relativement basse.

Améliorations suggérées

Le diagnostiqueur compile une liste des améliorations possibles qu’il partage avec les parties concernées. Il explore également les solutions déjà disponibles pour diminuer les coûts et les émissions de CO2. C’est pourquoi vous devez de lire attentivement l’intégralité du DPE si vous envisagez de louer ou d’acheter un bien.

Partager :